Dévoilement des résultats des élections municipales : un portrait en quelques chiffres

Petit-Rocher, le 26 mai 2021 – L’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick souhaite saluer l’engagement de tous ceux et celles qui se sont portés candidats et candidates aux élections municipales en ce lendemain de dévoilement des résultats électoraux.


Le président et maire d’Atholville, Michel Soucy, qui tirera sa révérence du monde municipal à la date d’assermentation du nouveau conseil le 7 juin prochain, après plus de 20 ans à y avoir siégé dont 9 comme maire, souligne être fier de l’engouement envers la politique municipale : « Siéger au conseil municipal est une grande responsabilité, on y prend des décisions qui affectent l’avenir de nos communautés à court comme à long terme. Je tiens à féliciter tous ceux et celles qui ont été élu.es hier soir et à souligner aussi toutes les personnes qui ont posé leur candidature. C’est un geste d’engagement envers leur communauté et je suis fier de voir autant de gens le faire ».


À la suite du départ du Président Soucy de la mairie d’Atholville, la présidence de l’AFMNB sera vacante et sera comblée par intérim jusqu’à l’Assemblée générale annuelle d’octobre, et ce, par un processus de nomination interne.


Le portrait des élections municipales en quelques chiffres

Un taux de participation de 44% dans les municipalités de l’AFMNB

Au niveau des candidatures, rappelons qu’à travers la province, près de 80% des 632 postes disponibles aux conseils municipaux ont été pourvus par élection; le reste étant comblé par acclamation et moins d’1% d’entre eux étant restés vacants.


Dans les municipalités membres de l’AFMNB où les postes de maires ou de conseillers généraux ont été pourvus par élection, et où l’ensemble des citoyens était donc appelé à voter, le taux de participation s’est élevé à 44%, en baisse par rapport aux dernières élections générales de 2016. On constate ainsi que le contexte de la pandémie a dissuadé certains électeurs de se présenter aux urnes.


« Malgré les embûches d’hier soir et les délais dans l’annonce des résultats, nous tenons à saluer le travail d’Élection NB, qui a dû faire preuve de flexibilité, tout en restant rigoureux, pour assurer la tenue de ces élections dans un contexte sans-précédent. Nous poussons maintenant un soupir de soulagement de voir se concrétiser ces élections municipales qui ont été repoussées 2 fois plutôt qu’une! », rappelle M. Soucy.


Une présence accrue des femmes sur les conseils municipaux

Des 1089 personnes qui se sont portées candidates aux élections, environ 33% étaient des femmes. C’est une augmentation significative par rapport aux dernières élections municipales de 2016 où la proportion de femmes s’établissait à 27%. Rappelons qu’au niveau des candidatures, on considère généralement la « zone paritaire » comme étant entre 40 et 60% de candidatures féminines et masculines respectivement.


Pour ce qui est des femmes élues, celles-ci constituent maintenant 35% des conseils municipaux, une augmentation par rapport à 2016 où elles comptaient alors pour 30%. La participation active des femmes et l’intégration de leurs points de vue à tous les niveaux de prises de décisions sont considérées comme essentielles pour qu’un système politique soit sain, juste et équitable. C’est la raison pour laquelle, en 1995, le Conseil économique et social des Nations Unies s’est prononcé en faveur d’une cible de 30 % de femmes dans les postes de décisions à tous les échelons. Il s’agissait du pourcentage minimal pour que les intérêts des femmes soient véritablement pris en compte.


Une première historique pour une municipalité de l’AFMNB

Fait notable également, Kassim Doumbia, élu maire de Shippagan, est entré hier dans l’histoire comme première personne noire à occuper le poste de maire d’une municipalité membre de l’AFMNB.


Plébiscite à St Quentin

L'AFMNB tient par ailleurs à souligner le plébiscite qui s'est soldé par un échec pour le regroupement d'une partie du DSL de St-Quentin avec la Ville de St-Quentin. Ce résultat vient encore une fois rappeler le besoin d'une réforme en profondeur de la gouvernance locale, qui donnera les capacités aux communautés de se développer. Le système actuel des regroupements volontaires demande d'énormes efforts aux communautés, alors que de nombreuses barrières existent toujours et qu’il est ainsi très difficile d’obtenir un résultat positif lors d’un plébiscite.


À propos de l’AFMNB

L’AFMNB regroupe 50 municipalités francophones et bilingues, réparties dans six grandes régions qui s’étendent du nord-ouest au sud-est de la province. Nos municipalités membres représentent près de 300 000 personnes, soit plus du tiers de la population du Nouveau-Brunswick.


-30 -


Renseignements :

Eugénie Boudreau, directrice des communications et partenariats

AFMNB

(506) 542-2622 poste 2440

eugenie@afmnb.org