Soulagée que le budget provincial ne mise pas sur l'austérité, l'AFMNB y note certains manques

Petit-Rocher, le 16 mars 2021 – L’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) est soulagée que le budget provincial annoncé aujourd’hui ne mise pas sur l’austérité. L’AFMNB souhaitait voir le gouvernement provincial jouer un rôle interventionniste pour relancer l’économie, entre autres par des investissements essentiels en infrastructure.


« Ce temps de crise est un temps critique pour l’avenir de la province. Une rigueur budgétaire exagérée aurait causé du tort à long terme, avec la fermeture d’entreprises et l’effritement des services aux citoyens », explique Michel Soucy, maire d’Atholville et président de l’AFMNB. « On note une augmentation timide du budget lié à l’Entente bilatérale intégrée – c’est-à-dire, au niveau des fonds d’infrastructures pour les municipalités – et au niveau du logement abordable, mais on aurait souhaité en voir davantage pour que les investissements cruciaux en infrastructures contribuent à la relance. On aurait également souhaité une relance pour les secteurs du tourisme et des arts qui ont été ébranlés par la pandémie ».


Par ailleurs, l’AFMNB est hautement préoccupée de l’approche annoncée par le gouvernement provincial en matière d’investissements du secteur privé et de croissance démographique, qui vise exclusivement le Royaume-Uni et l’Inde. « Cette approche ne semble pas tenir compte de l’équilibre linguistique de la province, en n’incluant pas dans sa stratégie pluriannuelle des pays et zones francophones. Si c’est une stratégie qui vise, tel qu’annoncé, à attirer des gens pour vivre aux Nouveau-Brunswick, il faut que des efforts similaires soient faits dans des zones francophones », rappelle M. Soucy.


L’AFMNB tient de plus à souligner les investissements dans l’un des domaines les plus touchés par la pandémie, notamment en santé au niveau du recrutement des infirmières et de l’accès aux médecins de famille. « Il faut que ces investissements permettent l’accès à des services de qualité dans toutes les régions de la province », souligne le président Soucy.


Pour terminer, l’AFMNB salue l’engagement réitéré de la province envers une réforme de la gouvernance locale. « Le gouvernement cherche les moyens d’améliorer la gouvernance locale et de contribuer à la croissance de communautés dynamiques et viables. L’AFMNB le réitère à son tour : la pleine municipalisation du territoire est l’action principale à accomplir pour y arriver. La province se dotera ainsi de partenaires qui peuvent prendre des décisions, mener des projets, et créer les milieux de vie de qualité, dynamiques et viables, dont la province a besoin pour se relever de la crise liée à la pandémie de COVID-19. C’est aussi la décision financière sensée et responsable pour le gouvernement provincial », renchérit le président Soucy.



À propos de l’AFMNB

L’AFMNB regroupe 50 municipalités francophones et bilingues, réparties dans six grandes régions qui s’étendent du nord-ouest au sud-est de la province. Nos municipalités membres représentent près de 300 000 personnes, soit plus du tiers de la population du Nouveau-Brunswick.


-30 -



Renseignements :

Frédérick Dion, directeur général

AFMNB

(506) 542-2622

afmnb@afmnb.org