Lancement officiel du Projet de la Communauté francophone accueillante Haut-Saint-Jean

Edmundston, le 11 décembre 2020 – La région du Haut-Saint-Jean, composée de la ville d’Edmundston, de la communauté rurale du Haut-Madawaska et de la Première Nation Malécite (Wolastoqey) du Madawaska, est fière de lancer le projet Communauté francophone accueillante Haut-Saint-Jean en partenariat avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).


L’initiative des Communautés francophones accueillantes (CFA), financée par le Ministère de l’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles du Gouvernement du Canada, est un projet pilote de trois ans qui répond à la demande des communautés francophones en situation minoritaire (CFSM). Ce projet d’envergure vise à favoriser le sentiment d’appartenance des nouveaux arrivants d’expression française et se déroule dans 14 communautés en situation minoritaire à travers le Canada. Haut-Saint-Jean est la seule communauté au Nouveau-Brunswick participant à cette initiative.


« Le gouvernement du Canada reconnaît que l’immigration est essentielle pour soutenir la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire de l’ensemble du pays, et qu’elle joue un rôle clé dans le maintien du caractère bilingue du Canada. IRCC soutient la région du Haut-Saint-Jean pour qu’elle devienne encore plus accueillante pour les immigrants d’expression française, qui se sentiront les bienvenus et auront davantage d’occasions de s’intégrer à la société canadienne. », a déclaré l’honorable Marco E. L. Mendicino, C.P., député, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté.


« D’ici la fin mars 2023, 980 000 $ seront investis pour réaliser plusieurs initiatives touchant cinq grands axes, dont le leadership inclusif, l’accès aux services d’accueil et d’établissement, l’engagement et la participation civique, les opportunités économiques, d’entrepreneuriat et d’emploi, et la création d’espaces publics accueillants. Cette initiative est très importante pour assurer la croissance économique de la région du Haut-Saint-Jean », soutient René Arseneault, le député fédéral de Madawaska-Restigouche.


Selon le maire d’Edmundston, ce projet revêt une importance capitale en raison de la situation démographique actuelle de la région. « Notre réussite en matière d’immigration sera un élément clé de notre succès économique dans les années à venir puisque le capital humain est un facteur incontournable de la réussite dans une économie axée sur le savoir. Il est particulièrement justifié que nous abordions cet enjeu avec nos partenaires locaux, car l’économie déborde les frontières politiques et nous avons toujours intérêt à travailler en partenariat », explique Cyrille Simard.


Joanna Bernard, coordonnatrice du développement économique de la Première Nation malécite du Madawaska souhaite que ce projet aide les nouveaux arrivants à se sentir les bienvenus, à l'aise, et en sécurité. « Les Malécites du Madawaska estiment également que ce projet offrira aux entreprises locales de nombreuses possibilités en ayant accès à un nouveau souffle de main-d'œuvre. Nous voyons un avenir dans le développement économique pour nous tous », ajoute-t-elle.

« La Communauté de Haut-Madawaska, dans son plan de développement stratégique, avait identifié l’immigration comme une opportunité d’affaires. Au fil du temps, la Communauté a vite réalisé que notre avenir et notre développement économique passaient par l’immigration, d’où l’importance de mettre en place des mécanismes d’accueil, d’intégration et de rétention des immigrants. Nous sommes honorés d’y participer », renchérit le maire Jean-Pierre Ouellette.


C’est l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) qui est l’organisme fiduciaire du projet auprès du gouvernement fédéral et qui assure le lien avec la communauté francophone et acadienne du N.-B. pour que tous bénéficient des apprentissages de ce projet-pilote. « Notre association est bien consciente que l’accueil et la rétention des immigrants passent par leur expérience au niveau local, et que les municipalités se doivent d’agir à ce niveau. Ce projet, en donnant les moyens aux gouvernements locaux, est d’une haute importance pour la région du Haut-Saint-Jean, et viendra aussi alimenter le travail des autres communautés de la province » déclare le président de l’AFMNB et maire d’Atholville, Michel Soucy.



-30-



Renseignements :

Martine Rioux, coordonnatrice du projet de la CFA-HSJ

(506) 739-2084

cfa@immigration-hsj.ca


Frédérick Dion, directeur général

AFMNB

(506) 547-5252

direction@afmnb.org